Les 7 hameaux de Montsinéry

    Date : 2009

    Maîtrise d’ouvrage : EPAG

    Budget : 99 800 € HT

    Équipe : Dialogue Urbain (architecte urbaniste mandataire),
               Agence Babylone (BET VRD), Botanik Paysage (paysagiste),
               AGIR Environnement (BET Environnement)

    Programme : 600 – 700 logements, activités,
               équipements, commerces

    Surface : 66 Ha

    Localisation : Monstinéry-Tonnegrande, Guyane

 

Projet urbain de l’extension du bourg de Montsinéry, ZAC de Montsinéry – Guyane

LA MISSION

La population de la Guyane est en forte croissance. Le territoire de Montsinéry Tonnégrande doit accueillir une part importante du développement de l’agglomération de Cayenne.
Le bourg de Montsinéry, positionné dans l’axe des alizées au confluent des rivières Montsinéry et Timouthou, con- stitue la première perle d’un chapelet d’îlots urbains entrecoupés de zones naturelles inondables.

L’étude de son extension nous a été confiée par la ville et l’établissement public d’aménagement en Guyane (EPAG), en vue de la création d’une ZAC de 700 logements.

DIAGNOSTIC ET ENJEUX

Les paysages existants (savane, fleuve, mangrove, étang, forêt secondaire…) constituent l’un des principaux atouts du site. Nous avons composé le quartier autour de ces paysages, pour les préserver et les mettre en valeur pour les habitants.

L’intégralité des habitats patrimoniaux et des espèces protégées est, non seulement rigoureusement préservée, mais également mise en scène dans l’espace urbain.

SCÉNARIOS

Deux façons de répondre aux
enjeux soulevés par le développement
significatif de la ville de Montsinéry
sur un site éloigné du bourg ont été
étudiées, selon les principes de
« hameau » et de « boulevard urbain ».
Un premier scénario qualifié d’extériorité
où le principe de boulevard prévaut.
Un second scénario qualifié d’intériorité
où le principe de « hameau » est dominant.

L’INTÉRIORITÉ

L’intériorité (scénario retenu) se traduit par un chapelet d’unités de voisinage distinctes aux limites claires, reliées entre elles par des équipements publics et privés servant d’interface. Dans ce scénario le boulevard conserve son emprise actuelle et prend l’image d’un : « park- way ».

L’EXTÉRIORITÉ

L’extériorité se manifeste par le rôle structurant du boulevard urbain et des espaces publics en règle générale. Dans ce scénario la largeur du boulevard urbain est réduite de manière à faciliter les échanges d’une façade à l’autre : ce scénario ne sera pas retenu.

 

SCÉNARIO RETENU : INTÉRIORITÉ / LES HAMEAUX

Le principe de répartition du programme en unités de voisinage de la taille du bourg a donné naissance à une série de hameaux répartis dans les secteurs urbanisables. Les principes de complémentarité et de mixité ont été appliqués à chaque hameau caractérisé par un espace public majeur spécifiquement rattaché à un milieu naturel. Les espaces pubics et les voies sont des supports au développement de la nature au coeur de la ville.




Schéma du parti d’aménagement.
Le couloir écologique, élément structurant du plan
Création de nouvelles liaisons douces entre le bourg et les nouveaux quartiers.



 

LE PROJET :

TRAVAIL SUR LES TYPOLOGIES DE LOGEMENTS
Principes d’architecture bio-climatique : ventilation naturelle, toiture débordante ventilée.

 

PERSPECTIVES D’AMBIANCE
Vivre avec la nature

Place Lacustre

Promenade arboretum

Place préservée

Place fluviale

Jardin intérieur

Place urbaine

LES PLACES NATURE

Ces places-nature représentent des coupures naturelles dans la ville, des lieux de rencontre de la diversité des milieux. Elles apportent une respiration nouvelle, accompagnant la ville dans la nature plutôt que la nature dans la ville. A la différence des places publiques minérales,
le végétal y est principalement mis en scène, ponctué par