Entre savane et mangrove confrontation au réel

    Date : 2012-2013

    Maîtrise d’ouvrage : EPAG

    Budget : 129 480 € HT, estimation travaux 4,8 M

    Équipe : Dialogue Urbain (architecte urbaniste mandataire), AGIR (BET VRD),
               Botanik Paysage (paysagiste), AGIR Environnement (BET Environnement)

    Programme : Aménagement de la PHASE 2 de la ZAC de Montsinéry :
               423 logements, activités, équipements publics privés, village commercial

    Surface : ZAC 66 Ha, Phase 2 : 38 Ha

    Localisation : Montsinéry-Tonnegrande, Guyane

Mission de maîtrise d’œuvre urbaine de la PHASE 2 de la ZAC de Montsinéry – Guyane

En mai 2012 l’EPAG (établissement public d’aménagement en Guyane) et la ville de Montsinéry ont confié à Dialogue Urbain et ses partenaires la maitrise d’œuvre urbaine de la seconde phase d’aménagement de la ZAC d’extension du bourg de Montsinéry

Le contexte

Dialogue Urbain avait réalisé en 2009, avec Babylone Paysage, AGIR et DMS Architectes l’étude pré-opérationnelle de l’extension du bourg.

Compte tenu de l’importance du programme de l’extension comparé à la taille modeste du bourg ancien (600 logements contre une centaine) et afin d’éviter des phénomènes d’exclusion entre bourg et extension du bourg, l’équipe avait proposé deux scénarios d’aménagement.

Le premier scénario sortant des emprises foncières prédéfinies par l’aménageur situait l’extension du bourg directement sur la route départementale menant au bourg assurant ainsi une continuité et une intégration de fait entre bourg et extension du bourg. Le second restant dans les emprises foncières prévues consistait à dupliquer le bourg en unités de voisinage distinctes les unes des autres mais complémentaires et reliées entre elles. Ces hameaux étaient disposés sur le site en tenant compte des espaces naturels à préserver. C’est ce second scénario qui fut retenu.

Cette étude permit à l’EPAG de créer la ZAC et d’engager avec une nouvelle équipe de maîtres d’œuvre la réalisation du « hameau du collège » premier de la série et proche du bourg. Il est habité aujourd’hui.

La commande

La commande comprenait une mission maîtrise d’œuvre des espaces publics de la ZAC et une mission projet urbain et prescriptions d’urbanisme.

Le premier temps de la mission fut consacré à l’actualisation du projet préexistant, dans le respect des principes réitérés de continuum écologiques et de hameaux conçus comme unités de voisinage ouvertes sur l’espace naturel. Une patiente ré-écriture du plan fut nécessaire pour remettre en évidence le principe de hameaux mis à mal par l’inflation du programme de logements et la fusion des unités de voisinage.

Un site de qualité

Les espaces naturels préservés définissent en “négatif” les secteurs urbanisables : savane, mangrove, bois de rose, forêt secondaire, étang…

Le territoire et le végétal comme outil de composition :
La principale qualité du site est la très grande ouverture visuelle créée par la savane depuis la départementale. Cette respiration spatiale, la présence du ciel, de l’horizon, la longue lisière forestière, constituent un réel atout et le socle du projet urbain.

Le projet

Le principe de composition avec la nature est l’un des fondamentaux du projet d’ensemble.

Les principes de composition du projet urbain : Les hameaux / Les continuités écologiques

L’organisation du quartier repose sur la création d’unités de voisinage de 120 à 150 logements, disposant d’espaces et d’équipements publics (ou ouverts au public), supports et générateurs de vie sociale. Les hameaux tous différents ont pour référence commune le bourg de Montsinéry. La diversité entre les hameaux est facteur d’échanges et de mixité fonctionnelle. Elle se décline à l’échelle de l’îlot entre les différentes typologies d’habitat et à l’échelle de la résidence entre celles des logements.

À chaque hameau correspond :
– Un programme bâti
– Un programme d’espaces extérieurs
– Un ou plusieurs espaces naturels qui participent de son identité

* La continuité des espaces naturels
forme une coulée verte écologique.
* Les principes d’architecture durable, de gestion des eaux pluviales
et de nature au quotidien s’appliquent à chacun des hameaux.

HAMEAU TYPE : Le hameau de la Jetée + La place fluviale



Hiérarchisation des voiries

Le principe de hiérarchie des voiries appliqué au projet d’urbanisme permet d’identifier concrètement les voies et liaisons douces, selon leur situation ou importance au sein du quartier.

Axonométrie du mail central en direction de la savane

1. La rue interne à sens unique – Hameau des commerces
2. Liaison inter-quartier (liaison organique) – Partie promenade
3. La rue interne à sens unique – Hameau des sports

L’entrée de ville – Le village commercial

À l’entrée du site le « village commercial et artisanal », zone de vie et d’échanges, contribue à susciter initiatives et intérêt au bénéfice du quartier.

– Le village commercial
Le concept de « village » proposé sur la ZAC d’extension du bourg de Montsinéry est une proposition originale qui tient compte de plusieurs paramètres convergents qui nous ont convaincus de reconsidérer l’organisation du hameau des commerces.

– La place du marché
La place du marché occupe une position stratégique ouverte sur le passage de la route départementale et sur l’entrée du quartier. Lieu de vie ouvert sur des boutiques et une supérette, conviviale et de taille relativement modeste (30x25m) elle peut accueillir diverses animations commerciales de proximité.
Les villes du soleil ont inventé et mis en oeuvre de nombreux dispositifs de protection des promeneurs, comme ici avec les systèmes de auvents / couvertures légères.

– La bâti
Un rythme régulier de maisons de ville est souhaitable, mais le dispositif proposé autorise une grande souplesse du fait que chaque entité (supérette, commerces, ateliers) est autonome. Les commerces s’alignent sur l’auvent qui protège le promeneur. L’implantation des ateliers est plus libre. Au centre de l’îlot sont regroupés garages et aires de stockage.



– Typologies
Nous avons privilégié ici, l’utilisation du bois et des matériaux naturels comme thème de référence architecturale, mais on imagine aisément la promotion du « village ».


– Les maisons commerce à RDC

– Les ateliers



Les logements collectifs



– Principes d’architecture bio-climatique
– Ventilation naturelle, toiture débordante ventilée
– Double orientation